Alif Arabians

Elevage Equitation Poulains Juments Etalons Vente Actualité Cheval arabe Liens

Anomalies génétiques chez les chevaux arabes

 

          On rencontre plusieurs anomalies génétiques chez le cheval Arabe et les races issues de l’Arabe (DSA, Anglo, Welsh, PFS…)  : CA, SCID, LFS, OAAM, JES et GPT. Ces anomalies sont uniquement héréditaires et un cheval atteint ne peut en aucun cas contaminer ses voisins d’écurie. La plupart sont des maladies à mode de transmission « autosomique récessive ». « Autosomique » signifie qu’elles touchent indifféremment pouliches et poulains (ce qui n’est pas le cas du GPT). Et « récessive » implique que le produit doit présenter deux allèles du gène mutant (un transmis par le père et un par la mère) pour que la maladie se déclare.

          Un « porteur sain » (« carrier » en Anglais) est bien SAIN : il ne développera jamais la maladie et se comportera sous la selle exactement comme s’il n’était pas porteur du gène défectueux. Mais, s’il est mis à la reproduction, il peut transmettre ce gène. Et si l’autre parent le transmet également, le produit courra le risque d’être atteint d’une maladie grave, souvent mortelle.          

          Deux parents non affectés (NN ou « clear ») donneront toujours naissance à des poulains non affectés. Un parent non affecté et un parent porteur sain auront statistiquement 50% de risque de produire des poulains non affectés et 50% de chance de produire des poulains porteurs sains (donc non malades). Deux parents porteurs sains mettront au monde, statistiquement, ¼ de poulains non affectés, ½ de poulains porteurs sains et ¼ de poulains malades, promis à la mort ou à une vie très généralement fort précaire.

Reproduction idéale

Reproduction sans risque pour le poulain (mais risquant de propager le gène défectueux)

Reproduction avec risque de devoir faire euthanasier le poulain

Deux parents non porteurs

vert.gif (1267 octets)vert.gif (1267 octets)

Un parent non porteur et un porteur sain

vert.gif (1267 octets)orange.gif (1267 octets)

Deux parents porteurs sains

orange.gif (1267 octets)orange.gif (1267 octets)

Produits 100% non porteurs

vert.gif (1267 octets)vert.gif (1267 octets)vert.gif (1267 octets)vert.gif (1267 octets)

Produits 50% porteurs et 50 %   non porteurs

vert.gif (1267 octets)vert.gif (1267 octets)orange.gif (1267 octets)orange.gif (1267 octets)

Produits 25% non porteurs, 50% porteurs et 25% MALADES à euthanasier

vert.gif (1267 octets)orange.gif (1267 octets)orange.gif (1267 octets)rouge.gif (1267 octets)

 

          Les trois premières de ces affections  (CA, SCID, et LFS ) peuvent être détectées chez les porteurs sains  : pour les trois autres, des tests de dépistage sont encore en phase de recherche.

          Dans la mesure où des tests existent, qui permettent d’éviter de donner naissance à des poulains malades, nous estimons qu’il convient de se montrer responsable et de s’interdire d’accoupler deux reproducteurs porteurs sains. Exclure d’emblée TOUS les porteurs sains de la reproduction ne nous paraît pas, pourtant, la solution : l’Arabe est déjà une race consanguine et une telle politique reviendrait à se priver d’un nombre important de lignées intéressantes, surtout dans les programmes de préservation portant sur un genepool réduit.

          Pour notre part, nous faisons tester systématiquement nos reproducteurs et informons nos acheteurs éventuels de la situation. A chacun de prendre, ensuite, ses responsabilités et d’effectuer ses choix en connaissance de cause. Nous privilégions les reproducteurs non porteurs, bien sûr ; mais ce n’est pas notre critère principal. Nous nous montrons bien plus vigilants sur des points affectant l’utilisation sous la selle de l’animal : le modèle, les aplombs, le mental et des pathologies réellement invalidantes comme l’OCD, les maladies naviculaires ou respiratoires.

CA (Cerebellar Abiotrophy = Abiotrophie Cérébelleuse = Abiotrophie Corticale Cérébelleuse = CCA = Atrophie Cérébelleuse Corticale = Dégénérescence Corticale Cérébelleuse Postnatale)

          C’est la maladie la plus problématique chez le cheval Arabe car elle est ancienne, qu’elle se rencontre dans toutes les lignées (avec une sur-représentation dans les lignées les mieux testées) et qu’elle est fort répandue (environs 20% des chevaux seraient porteurs).  

          Cette maladie touche également d’autres races de chevaux : le cheval miniature, le Gotland, l'Eriskay ainsi que l'Oldenbourg. Elle affecte aussi d’autres animaux : certaines races de chiens (notamment l'Airedale, l'American Staffordshire Terrier, l'Australian Kelpie, le Beagle, le Bobtail, le Border Collie, le Caniche, le Colley à poil long, l'Epagneul breton, le Labrador retriever, le Pointer anglais, le Schnauzer nain, le Setter Gordon, le Terrier écossais et le Terrier Kerry Blue), de chats (de gouttière et le Siamois), de bovins (Angus, Charolais, Hereford, et Holstein), de moutons (Mérinos et Wiltshire) et de porcs (Yorkshire).

          Selon les espèces, les races et les individus, la maladie peut prendre des formes un peu différentes (âge de l’apparition des symptômes, gravité, répartition mâles/femelles). Elle se caractérise dans tous les cas par la mort des certains neurones, appelés cellules de Purkinje, qui se situent dans le cervelet et jouent un rôle prépondérant dans la perception de l'espace et de la distance. Privé de ces cellules, l’animal atteint perd l'équilibre et la coordination de ses mouvements.

          Certes, il existe quelques très rares cas avérés de chevaux atteints par le CA sans en présenter les symptômes. Mais, le plus souvent, un produit malade du CA se comporte ainsi dès la naissance :

Pouliche atteinte du CA

          Il n’existe aucun traitement. En grandissant, le cheval devient dangereux pour lui et les autres. Sauf à l’enfermer dans un box capitonné, on doit l’abattre. Vous pouvez trouver plus d’informations sur ce site (en Anglais) : http://www.cerebellar-abiotrophy.org/  Les propriétaires d’animaux testés sont invités à y faire connaître les résultats de leur animal   Nos chevaux sont désormais systématiquement testés pour la CA. Nous nous interdisons absolument de prendre le risque de faire naître un poulain atteint par cette maladie ! Mais nous n'adhérons pas  à la "chasse au sorcière" des porteurs sains : ils ne développeront jamais la maladie et, accouplés avec des reproducteurs non porteurs, ne feront pas naître des poulains malades.

 

SCID Severe Combined Immunodeficiency = Immunodéficience sévère combinée

                On appelle parfois communément cette maladie « SIDA des chevaux ». Mais il s’agit bien d’une pathologie non contagieuse, transmise exclusivement par voie génétique, lors de l’union de deux « porteurs sains » (NSCID) qui donnent, statistiquement, naissance à 50% de poulains « porteurs sains » (NSCID / carriers), 25 % de poulains indemnes (SCID : NN / clear) et 25 % de poulains atteints (affected) qui mourront dans les six mois.

          Les poulains souffrent d’un déficit en lymphocytes B et T qui diminuent considérablement leurs défenses immunitaires. Ils développent toutes les maladies infectieuses qu’ils rencontrent et meurent de l’une ou l’autre de ces infections oportunistes. La maladie est incurable : seul un environnement parfaitement aseptisé (une « bulle ») permettrait de maintenir l’animal en vie.   Mais on peut l’éviter par sélection génétique.

          Le SCID existe aussi chez l’homme (les « enfants-bulles »), le chien (Basset Hounds, Cardigan Welsh Corgis et Jack Russell Terriers) ainsi que la souris, sous des formes diverses.

          Le SCID est apparu chez les chevaux Arabes aux USA et s’y est fort répandu. 15 à 20% des Arabes américains en seraient porteurs –ainsi que de nombreux issus d’Arabes. Quelques cas ont été identifiés en France, dans des lignées que nous n’utilisons pas. Néanmoins, nous faisons tester nos juments pour pouvoir présenter un certificat vétérinaire à notre clientèle qui désirerait « louer un ventre » pour faire saillir par un étalon « carrier »

 

LFS (Lavender Foal Syndrome = Syndrome du Poulain Lavande)

          Les poulains « lavande » se reconnaissent aisément à leur robe pâle et bleutée, totalement anormale. Ils se tiennent souvent dès la naissance dans la position « de l'opisthotonus » (encolure renversée en arrière), avec des membres rigides et présentent des convulsions intermittentes avec mouvements oculaires rapides. Ils meurent dans les jours qui suivent.

          Cette affection, rare, touche essentiellement certaines lignées égyptiennes et issues d’égyptiens ainsi qu’une souche Crabett en Australie. Un test est désormais disponible. Nous n’avons pas encore fait dépister nos juments mais sommes d’accord sur le principe (avec partage des frais) si quelqu’un désire faire procéder à un test pour une location de ventre ou un achat in utero.

 

OAAM (Occipitoatlantoaxial Malformation = Malformation Occipito-atlanto-axiale)

          Les poulains atteints dOAAM présentent une malformation de l'os occipital du crâne et des deux premières vertèbres cervicales (l'atlas et l'axis), avec la fusion de l'atlas à la base du crâne. Dans certains cas, le poulain peut présenter deux atlas -un normal et un fusionné à la base du crâne. Cette structure anormale comprime la moelle épinière  et cause des troubles neurologiques : manque de coordination et faiblesse des membres qui peuvent empêcher l’animal de se lever.

          La pathologie est génétique, rare, sans doute limitée à la race Arabe, et très mal documentée. Aucun test n’est disponible, mais il semble bien que l’OAAM se transmette, comme la CA, le SCID et le LFS, suivant un mode autosomique récessif.

 

Juvenile Epilepsy Syndrome (= Syndrome juvénile épileptique = épilepsie bénigne = épilepsie idiopathique)

          Ce syndrome rare et mal connu ne met pas en jeu la vie des produits affectés –sauf accident au cours d’une crise. Il évolue favorablement et disparaît au cours de la première ou de la deuxième année. Par la suite, le cheval peut être monté normalement.

          Les poulains atteints montent des signes d’épilepsie à partir de deux jours après la naissance. Au cours de crises qui perdurent pendant 3 jours, ils présentent les symptômes suivants : confusion, perte de vision, frottements de la tête, dépression, incapacité à se nourrir, à téter ou même à boire. Les poulains souffrant de JES se blessent fréquemment lorsqu’ils chutent ou se cognent contre des objets durs ou des palissades. Des médicaments permettent d’éviter la venue des symptômes.

          A notre connaissance, la transmission du syndrome épileptique n’a pas encore été déterminée de façon précise.

GPT (= Guttural Pouch Tympany = Tympanisme des poches gutturales)

          Cette malformation respiratoire très rare et mal connue affecte également les zèbres et les ânes. Elle  touche plus souvent les pouliches que les poulains. Elle ne semble provoquer aucune douleur chez l’animal. Elle se manifeste par un passage d’air anormal, qui ne peut sortir et s’accumule sous forme de poches autour du cou. Une intervention chirurgicale simple permet de guérir l’animal.

La rubrique Anomalies génétiques

La rubrique Biomécanique & morphologie du cheval d'endurance

Dans la rubrique Robes : Alezan, Bai, Blanc, Gris, Noir, Sabino et rubican

Chevaux alezans Chevaux noirs Chevaux bais Chevaux gris Chevaux sabino Chevaux blancs

Alif Arabians

Elevage situé en Haute Normandie

(Visites uniquement sur rendez-vous, SVP)

Contact : Hélène Griesmar

Portable : 06 83 06 75 97

Pour nous écrire

Alif ArabiansDes chevaux polyvalents

alif_arabiansp.jpg (4703 octets)